éditorial

De 1926 à ce jour, Notre Dame de Meknès a vu défiler plusieurs générations d’écoliers… Avec plus de 90 ans d’engagement éducatif et social, l’ancien pensionnat Notre Dame est une école riche de sa diversité.

Fondée en 1926 sous l’impulsion d’Inès de Bourgoing, épouse du Maréchal Lyautey, premier Résident général du Protectorat français au Maroc (1912), le Pensionnat Notre Dame de Meknès était un établissement catholique d’enseignement initialement destiné à accueillir les enfants d’expatriés de Meknès et des différentes régions du Saïss et du Gharb (Souk Larbaa et Kénitra)…

Les sœurs franciscaines étaient chargées de la gestion du Pensionnat et. Parallèlement à leur mission religieuse, elles s’occupaient directement des activités éducatives et autres ateliers de formations au profit des femmes sans oublier la transmission des valeurs humaines, la culture de paix et du vivre ensemble dans le respect des traditions locales.

Au début des années 60, le Pensionnat Notre Dame de Meknès ouvrira ses portes aux élèves marocains issus de familles bourgeoises. Dix ans plus tard, les professeurs nationaux seront admis à leur tour pour enseigner à l’établissement scolaire. Vers les années 80, le corps enseignant sera exclusivement constitué de cadres marocains.  Les dernières Sœurs ont quitté les lieux entre 2012 et 2013, la gestion de l’école relève aujourd’hui du secrétariat général de l’Enseignement Catholique Au Maroc (ECAM).

Au fil du temps, le pensionnat Notre Dame devenu école Notre Damede Meknès s’est enrichi de la diversité des générations qui se sont succédé sur ses bancs. Une histoire que les murs racontent à travers les souvenirs immortalisés par chacun des clichés qui habillent ses différents espaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *